Les Amis du Vieux Romenay, bientôt 50 ans

L’association « Les Amis du Vieux Romenay » est née en 1968.
L’archéologie, noble discipline n’en constituerait qu’une activité parmi d’autres, histoire et culture locales au sens large seraient ses raisons d’être

Une rencontre fructueuse à Romenay en 1968

Naissance des AVR

Le premier sur incitation de son père s’était mis en quête du fameux souterrain qui va, qui irait, qui pourrait aller, c’était vrai hier comme aujourd’hui mais rien n’est moins sur et sauf avis contraire (1), du très ancien fief de Cornon à l’église Saint- Martin au bourg de Romenay, et inversement.

Au même moment au très ancien fief de Saint-Romain du Breuil en se grattant la tête le second tournait autour de trois bornes gravées, et à Mâcon la ville de nos très anciens seigneurs hauts – justiciers évêques barons décimateurs curés, le troisième attendait sans le savoir que les deux autres qui ne savaient pas encore qu’ils allaient le contacter, le contactent.

Finalement réunis les trois compères abandonnèrent avant de les commencer les fouilles de l’aussitôt décrété inintéressant souterrain. Ils s’approchèrent avec curiosité des bornes gravées (2) puis, dans les pas des célèbres pionniers en patrimoine ancien Pépin et Lagrange, entamèrent une discussion passionnante et passionnée sur le riche passé de Romenay et ses vestiges, qui trouva son accomplissement le 15 décembre 1968.

Ce jour-là dans la salle de réunion de la mairie où proches, amis et alliés entouraient le trio, « Les Amis du Vieux Romenay » ( AVR ) voyaient le jour. Sans trop de douleurs. Discussions et hésitations qui portaient sur l’orientation à donner à l’association ainsi baptisée, avaient précédé l’heureux évènement. L’archéologie, noble discipline n’en constituerait qu’une activité parmi d’autres, histoire et culture locales au sens large seraient ses raisons d’être.(3)

Rapidement conquis un grand nombre d’autochtones et « d’émigrés »( 4) sous le vocable commun d’ « adhérents » se penchèrent avec bienveillance sur le berceau de l’association nouvelle née.

Hasard, clairvoyance, besoin vital de transmettre ?

C’était décidé : quelques mois seulement après mai 68, dans un bulletin périodique intitulé

«  Les Amis du Vieux Romenay »  puis à partir du troisième trimestre 1977 « le Romenayou », des personnes allaient témoigner du monde agricole (5) et rural traversé de guerres qui avait été le leur, et grâce à leurs savoirs et leurs recherches s’efforcer de révéler au plus grand nombre des morceaux de notre histoire ancienne au travers d’articles très fouillés dont beaucoup deviendraient des références, en un mot, chercher à mettre au jour nos racines.

Claude Devat, Jean de La Chaise, Albert Barthélémy acteurs avec d’autres de ce mouvement, en furent les initiateurs.

Que morte, dame Marie-Charlotte de la Garde de Chambonas ait en 1790 emprunté un souterrain (6) qui n’existe pas pour se rendre de Cornon à l’église paroissiale continue à poser question. A l’opposé qu’en 1968 ce même souterrain ait mené à la création des AVR est un fait avéré. Comme quoi un souterrain qui n’existe pas peut mener quelque part. Et de ce fait, exister ?

  • Et « Romenay à travers l’histoire » (p 44) par Jean-Claude Legros .Edition AVR 2013.
  • Voir l’article consacré à ce sujet dans le bulletin AVR n° 4 .
  • 5 commissions furent établies dès la création de l’association : bâtiments-monuments / sites-faune et flore  /   musée  /  fouilles-recherches archéologiques   / patois-histoire-documents.( AVR n° 1 février 1969 )
  • « Notre bulletin s’adresse aux « émigrés », à ceux que les nécessités de l’existence ont éloignés de leur village natal. Il leur apportera les nouvelles de leur patrie, leur permettra de suivre nos travaux et éventuellement d’y participer ».(AVR n°1 Le mot du Président).
  • 446 exploitations agricoles à Romenay en 1946 : « Monographie de la commune de Romenay » par MR Paul GAUTHIER instituteur à Romenay.
  • Idem (1)

Remerciements à Claude pour son témoignage vécu.