La Denise Baland est moârte à 97 ans du Covid 19. Alle va étre entarrée à Huilly.
Y est na des premires à avoir évoqué le p’tchot patrimoin-ne bressan. Alle avait étou fouait on mémouaire su l’ patouais de Meun’treu lavou qu’alle a habité. Ape on s’ rappalle étou ses histouaires dans l’Indépendant, y a déjà tchéques temps.
A Mémouaire de Sornay, on a souvent r’pris ses histouaires adaptées en patouais d’ vez nous. Pour écrire nouton lexique de patouais (gazette n° 7 de 2014), on s’a souvent inspiri de son livret.
RESPECT DENISE pou ç’ que t’ôs fouait pou la Bresse. T’ôs bien mérité d y r’pouser.

Pou li rendre hommage, j’ai mis na d’ ses histouaires.

L’cutcheaû du Nonon Mimile
(Version Denise Baland mis en patouais d’Sôrnay)

J’ain-mais bien mon Nonon Mimile apis sa fomme, la Tatan Zoë, pace qu’is m’étchutaint quand j’causais. Dans ç’temps là, les grands qu’étchutaint les pt’chots, y était pieutoût râre, on n’avait point d’temps à pâdre à çan, apis dans l’fond y était pôs pieus mal !
J’allais souvent les vouair pou yous i raconter mes histouaires de pt’chote gamine de 6 ans. Ma Tatan Zoë était touj’ otchupée après ses poulots, ses tchuèsses, ses neûrrains, ou ben alle corait aprés ses treues que r’veûillaint la taria auto du feumi au lieu d’brotter dans la co, ou ben encore alle r’mandait ses chausses.
L’Nonon poûsait la painire qu’il était aprés fére dans l’huteau, i m’preniait su ses geonets pis i chantait: « trotte trotte mon bidet pou aller à l’étalet, chorchi du pain bianc pou la mére-grand que n’a pieus de dents, trotte trotte ma jument pou aller à Visargent, trotte trotte mon poulain pou aller à Villegaudin ». Aprés i me j’tait en l’air et pis i m’réchiquait en m’faillant des chatouilles, je millais…pis on récitait le héron au long bec, la r’no-ille que vouillait s’fére si grousse que l’bû. J’li causais d’la classe, i r’grettait groûs d’y avouair été si dgére. J’li djais qu’la dame nous appreniait la politesse, l’hygiène, mon Nonon trouvait qu’j’avais groûs d’chance.
Quand y arr’vait l’heûre du saîrnon, j’me faillais pôs prier pou mangi d’ave you. Oh c’ment tout l’monde, pôs bien grand chouse, na rutchia d’fromage bianc ou d’fromage fouât, ça dépendait d’la saison, y était maillou vez l’Nonon ape la Tatan mais y avait tchéque chouse que m’embêtait tous les coups y’était l’cutcheaû du Nonon Mimile.
Son cutcheaû i s’en seurvait pou tout fére, i vissait pis i dévissait, i sârrait pis i déssârait, i raûsc’illait les betterâves apis les réves, i coupait la pén’cia, les villons, les pacheleûres, i m’faillait des subiots, ape des treubeuillot, i veurguait l’treutchi, i rétcheurait sa paûle apis son bouess’lon, i sagnait les poulots, il écorchait les r’noilles, il éfouaitissait les cârpes, i dét’chulottait sa pipe, débourait ses sabots qu’avaint des pintales de târre ou d’feumi, i faillait on trou dans la panse des vaches qu’avaint gonscié dans l’trèfe, i châtrait les pt’chots pouâs, i s’coupait les on-illes des daigts pis des artèts, i s’rausc’illait la couârne des pis quand ils avaint trempé on moment dans la seuille d’édje tchède. I grattait ses vî’illes dents gâtées, i peurçait ses furonsc’illes. Quand il avait c’maçan fini ses p’tchots travaux, i frottait son cutcheaû contre son d’vanti en piaû, de r’vin de r’vâ, il le fremait pis il le laissait cheûr i fond d’sa poche de tchulotte. Jamais d’édje dessus, juste pou l’raidjusi su la moule.
Pou marander i fauillait pôs li causer d’énne autre cutcheaû, d’ailleurs, y en avait pôs groûs dans l’tirouaî. Tous les coups l’Nonon Mimile sortait l’sain-ne, i rausc’illait la raiseure i fond d’la marmite de gaudes, ou ben su les bords du plat d’gratin, i s’pieumait na poumme en faillant tire-bouchonner la piaû, i mangeait son quarti d’lâd d’ave on quignon d’la miche, i faillait grilli ses rutchias d’vant la grille du pouêle, apis surtout i coupait l’pain pou tout l’monde.
Quand y était l’moment d’saîrner, l’Nonon ouvrait son cutcheaû que claquait on coup:
«Allans, vins pt’chote j’vas t’fére na rutchia ». Mouai que v’niais d’le vouair déborrer ses sabots piens d’târre, apis d’chogne ave son cutcheaû, j’approchais d’la traub-ille mais j’djais ren.
«Allans p’tchote faut pôs t’gin-ner c’maçan »
J’répondais tous les coups :
« Fét d’jà la rutchia d’la Tatan Zoë, aprés, coupe la tain-ne, api après, la main-ne, y est la politesse que vout ça! »
L’Nonon mettait alors la groûsse miche contre li, i faillait l’signe de crouaix d’ave son cutcheaû, apis i coupait les bouts d ‘pain, j’preniais touje le dèri morciau coupé.
« Quand méme, Zoë, t’entends ça, c’te p’tchotte, alle en a des brâves façons, alle nous en r’montre déjà ».